• Triste nouvelle au lever ce matin. Le père d'Abdallah est décédé. Nous comprenons mieux l'agitation très matinale que nous avions constatée. Les hommes s'affairent à étendre les tapis sur la partie cimentée de la cour intérieure pendant que les femmes vont et viennent. Une table est dressée avec une grande théière.

    Nous transmettons immédiatement à Abdallah nos condoléances sincères, pour lui et sa famille; il est très ému et nous comprenons, ô combien !

    Nous restons le plus discrets possible et convenons avec Abdallah de partir rapidement afin de ne pas gêner la foule des visiteurs qui vient se recueillir et présenter ses condoléances. Il faut dire que Jean Paul doit faire demi-tour sur 300 m2, ce qui n'est pas très compliqué avec le Mercédes, mais ça ne peut pas passer inaperçu....

    Tout se passe très bien et nous décidons de stationner un petit moment sur le parking CC pour aller faire un tour dans la palmeraie. Se promener dans cet environnement est un vrai délice, d'autant plus que nous pouvons le faire en partant directement du parking.

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Le canal d'irrigation court le long du chemin

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    L'eau est distribuée par un réseau de canalisations. Chaque propriétaire a droit à la quantité d'eau correspondant à la terre à irriguer

    Auparavant, un système d'irrigation appelé Clepsydre permettait de distribuer l'eau de la façon suivante :

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Le bol intérieur se remplit en 1/4 d'heure. Chaque propriétaire a le droit à un nombre déterminé de 1/4 d'heure.

    Ce système est en voie de disparition, remplacé par des moyens mécaniques

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    3 étages dans la palmeraie : 1. Les palmiers, qui donnent de l'ombre aux étages inférieurs

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    2. Les arbres fruitiers : grenadiers, oliviers

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    3 .Les céréales, la luzerne, les légumes

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    PANORAMIQUE - nous ne résistons pas au plaisir d'aller revoir les montagnes en direction d'Aït Kin

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Nous avons le soleil dans les yeux mais les tentes des nomades tranchent dans ce paysage gris

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    L'oued TATA

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Il y a des nomades, donc des troupeaux

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Cette brebis et son agneau attendent tranquillement notre arrivée

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Vivre avec peu....

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Quelques petits champs d'orge mûre. La récolte est déjà bien avancée

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

     

    Encore un troupeau très compact à l'arrivée sur Tata

    27 mars - Tleta de Tagmout - Tata

    Un peu d'eau dans l'oued Tata

    Nous nous installons au camping "Hayat", tenu par une femme marocaine, ce qui est unique au Maroc et mérite d'être encouragé. Bien situé à l'entrée de la ville, de l'autre côté de l'oued, il est propre et la vue est dégagée. Pas beaucoup d'ombre, mais cette nuit, le chauffage s'est mis en marche à 3 h du matin (nous étions à 1050 m) . Alors, un peu de chaleur nous fait du bien !


    votre commentaire
  • Très beau temps ce matin. Nous partons à pied visiter le village d'Agadir Lehne, qui, selon le gardien du camping, est le village pré-existant à la ville de Tata, construite par les Français sous le protectorat pour en faire une ville de garnison.

    Dans ce village, on peut voir en fonctionnement la dernière (?) horloge à eau connue (clepsydre).

    La balade est simple : "tu prends la piste, puis le goudron, puis c'est tout droit dans la palmeraie".

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    les grenadiers sont en fleurs

    La piste ? Bof, on dira le terrain vague. Puis le goudron, OK. Tout droit dans la palmeraie, là, ça se corse. Mais ça s'arrange. Nous demandons au moins 10 fois notre chemin. C'est toujours le bon. A un moment, un embranchement. Personne. Cette fois, une chance sur deux de se perdre. Mais arrive quelqu'un en mobylette. "Nous sommes perdus", lui dit Jean Paul. "Ici, pas possible de se perdre" répond-il avec un sourire. En effet, gentillesse et sourire accompagnent toujours le geste de la réponse à notre question : "Agadir Lehne ?".

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    Les nuages sont si légers qu'on dirait de la dentelle

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    La palmeraie est belle, mais moyennement entretenue. Les jeunes vont dans les villes et pour entretenir la palmeraie, il faut des hommes jeunes car le travail est dur.

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    Fleur de palmier femelle

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    Fleur de palmier mâle.

    Quand les hommes ne s'en mêlent pas, c'est le vent qui pollinise les dattiers. La récolte est moindre. Lorsque les hommes pollinisent, 

    ils enferment des tiges de pollen mâle dans la fleur de palmier femelle. C'est un travail difficile, voire dangereux (chutes)

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    du canal principal (devant) partent des canaux de dérivation

    Nous arrivons au village après 1 h 1/2 de marche très agréable, à l'ombre et au frais, dans la palmeraie. Ô stupéfaction, nous arrivons vers un petit jardin tout neuf avec jeux pour enfants. Il est si neuf qu'il n'est pas encore inauguré. Totalement insolite dans ce décor.

    Nous demandons l'horloge à eau. "A côté du jardin", nous répond-on. Ah bon ! Nous avons dû passer devant sans nous en apercevoir. Nous verrons cela au retour.

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

     

    Nous prenons une ruelle qui semble monter en haut du village

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

     

    La ruelle passe au-dessous des maisons

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    Le monument du Marabout domine le village. Il est entouré du cimetière.

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    PANORAMIQUE - la récompense est au bout de la montée : vue à 360°

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    PANORAMIQUE

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    PANORAMIQUE

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    Jolies stries sur la montagne

    En prenant le chemin de la descente hors du sentier, une pierre glisse sous le pied droit de Jean Paul. C'est la chute sur la hanche droite et le coude droit.

    Sans gravité réelle, mais cela nous rappelle qu'il faut redoubler de prudence. Je tombe aussi un peu plus loin, sans aucun mal.

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    Les photos les plus belles sont celles que je ne fais pas : beaucoup de monde dans la palmeraie ce matin. Mais par discrétion, je ne brandis jamais l'appareil photo qui déclenche peur et hostilité.

    Nous allons quand même voir l'horloge à eau, devant laquelle nous sommes passés, en effet. Le gardien, très discret, nous avait salué sans rien nous dire.

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    La rapidité du remplissage du bol dépend du trou du bol supérieur. Ce bol-ci se remplit en 45 mn et la distribution se fait par période de temps de 1/4 d'heure.

    28 mars - Agadir Lehne - l'horloge à eau

    "le bassin" d'où partent les canaux d'irrigation

    Nous décidons de rentrer en bus, car le bus dessert le village pour Tata.

    "C'est quand, le bus ? Bientôt". Un petit quart d'heure d'attente, tout au plus. Pendant ce temps, je taille une bavette avec un garçon charmant qui souhaite faire connaissance. Une grande partie de sa famille est en France et lui s'en va aujourd'hui à Casablanca. 

    Toutes ces émotions nous ont donné très faim. Il est près de 14 h. Nous descendons du bus pour aller manger un poulet rôti-frites au snack Bismillah, bien connu des camping-caristes. 

    Et nous rentrons sagement en taxi où le coude sanguinolent de Jean Paul fait crier d'horreur la propriétaire. Pas de panique, j'ai ce qu'il faut.

    Une bonne sieste, et il n'y paraîtra plus !

     


    10 commentaires
  • A peine 130 km par la N 12. 

    Nous allons saluer Joëlle et Jean Marie qui sont arrivés au Camping Palmiers avant de partir pour Foum Zguid. Nos routes se séparent complètement pour cette année et nous nous reverrons, Inch Allah, une autre année.

    Il fait très beau mais très vite la brume envahit le paysage. Le désert de cette portion de route est ....désert. Cailloux, sable, maigres acacias. Hostilité d'un désert que seule l'eau peut faire reverdir.

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    PANORAMIQUE

    29 mars - Tata - Foum Zguid 

    PANORAMIQUE

    29 mars - Tata - Foum Zguid 

    PANORAMIQUE - l'oued Tissint creuse la terre profondément

    Et justement, l'eau, elle est à Taimzour et à Tissint.

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Quel peintre a composé cet oeuvre ? c'est l'oued Tissint qui passe au pied de Taimzour et irrigue l'oasis de Tissint

    29 mars - Tata - Foum Zguid 

    PANORAMIQUE - Le village de Taimzour

    Nous déjeunons face au village de Taimzour. La brume s'épaissit au point que je ne peux faire de photo de Tissint, belle oasis dont la palmeraie émerge de la terre sableuse.

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Le désert à ma droite

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Village qui pré-figure déjà les villages d'Afrique noire.

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Nous voilà prévenus

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    En fait, le sable est sous la pierre....

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Tiens, des dromadaires ....

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Nous sommes sur leur territoire, bien évidemment

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Mais d'où sort ce poteau électrique tout neuf ?

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Il ne semble pas y avoir âme qui vive à des km, et pourtant, il doit y avoir un village qui va être relié au monde par l'électricité ....

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Le pont n'a pas résisté à la furie de l'oued. Un homme pompe d'eau qui reste dans l'oued pour remplir une tonne à eau.

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Nous avons choisi de séjourner au camping "la palmeraie" un peu excentré mais ....

    29 mars - Tata - Foum Zguid

    Quel décor ! Et un rêve pour Marley : nous sommes tout seul et il est libre !En fond sonore le pépiement des oiseaux et le bourdonnement des insectes.

    Et ce soir, notre tajine nous est amené directement au camping-car, avec les légumes du jardin qui est à notre droite...

    Belle étape avant Zagora !

     

     


    4 commentaires
  • Nous nous serions bien attardés un peu à Foum Zguid, dans ce camping confortable dont Rachid, le patron, est aux petits soins pour nous. La douche du matin est un vrai bonheur, ce qui mérite d'être souligné.

    Nous partons néanmoins pour Zagora, par la N 12 qui nous y mène directement, après un désert plat de 120 km.

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    La diversité des châles est une merveille dans cette région. Dans les souks, les étalages de châles sont un vrai régal pour les yeux

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    En quittant Foum Zguid, derniers champs de la palmeraie dont il ne reste plus grand chose

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    Et voici le nouvel or vert de la région : la pastèque

    La pastèque aime la chaleur et l'eau. La pastèque est à Zagora ce que le blé est à la Beauce. Les pastèques de Zagora sont réputées car elles sont particulièrement bonnes. Très prisées, elles sont maintenant cultivées dans des fermes irriguées au goutte à goutte. Le gouvernement subvensionne à 100 % le système d'irrigation à hauteur de 5 Ha si le propriétaire d'un champ peut justifier de l'existence d'un puits. Comme beaucoup ont de la terre ( nombreux sont ceux issus de tribus nomades), les fermes surgissent du désert. La gestion de l'eau n'est pas simple et il se dit que cette culture (information non vérifiée) assécherait la nappe phréatique, privant d'eau certains villages. Drame cornélien entre le court terme et le long terme. 

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    30 mars - Foum Zguid - Zagora 

    On trouve des fermes jusqu'à 30 à 40 km de Foum Zguid et de Zagora. Entre deux, le désert

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    La brume envahit le paysage. Vent de sable ? La luminosité est exécrable. Au loin, dunes de sable.

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    Le troupeau de chèvres appartient vraisemblablement aux nomades dont on aperçoit la tente blanche tout au fond, un peu sur la gauche

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    Le sable traverse la route. Il convient d'être prudent.

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    A 40 km de Zagora, les fermes resssurgissent

    Nous avons décidé de nous installer au camping "Prends ton temps". Il a bonne réputation et le nom nous plaît. Nous nous y installons. L'accueil est sympathique, très commercial, le thé de bienvenue est offert. Le décor est recherché et l'omelette berbère que nous commandons pour notre déjeuner est délicieuse. Mais, mais, nous sommes dans un espace très étroit, à 2, 5m de nos voisins, enfermés dans une cour entourée de hauts murs. Il nous faut de l'espace ! Nous partons à pied à la recherche d'un établissement qui nous convienne mieux.

    Nous prenons un chemin dans la palmeraie et rencontrons Abdellah qui nous dessine le chemin que nous devons prendre à même la terre et nous invite à boire le thé. Il est désolé de notre refus et insiste pour que nous venions visiter son jardin : les herbes qu'il a plantées, les figuiers tout jeunes et surtout la piscine. Il tente de nous expliquer qu'il a des enfants et des neveux qui veulent absolument une piscine -tiens, ça nous rappelle quelqu'un !- et que la piscine lui servira de réserve d'eau. Il ne sait comment nous retenir et nous comment partir...

    Nous partons quand même et après avoir un peu erré dans la palmeraie, grâce aux explications exactes de Abdellah, nous finissons par trouver le camping de nos rêves : le Sindibad. 

    Ce jour étant un jour mémorable (pour nous au moins), nous dînons d'un foie gras arrosé d'un crémant de Die Georges Raspail, bien entendu. 

    30 mars - Foum Zguid - Zagora

    A la bonne vôtre !


    1 commentaire
  • Ce matin, c'est le grand souk de Zagora (dimanche et mercredi). 

    31 mars - Zagora - au Sindibad

    Aucune pancarte ne le signale. Tout le monde sait. Pour ceux qui connaissent le marché de Vourles, un souk, c'est 5 fois Vourles avec tout, absolument tout. C'est un supermarché à ciel ouvert. Je ne fais jamais de photos pour pouvoir, très égoïstement je l'avoue, savourer le spectacle vivant qui nous est offert.

    Nos courses faites, nous rejoignons le Sindibad.

    L'installation électrique peut poser quelques questions, mais elle est efficace.

    31 mars - Zagora - au Sindibad

    31 mars - Zagora - au Sindibad 

    La pluie s'invite vers midi. Elle sera de courte durée. Le tonnerre gronde au loin.

    Nous apprenons par Michel et Mireille que Ouarzazate a connu l'orage et la grêle.

    31 mars - Zagora - au Sindibad 

    Mais le soleil revient . Avouez que nous ne sommes pas les plus malheureux ! 


    votre commentaire