• 20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Au camping Akkou, il y a trois frères. Mustapha fait l'accueil et le thé du matin et veille au bien-être de tous. Ahmed organise les sorties,  assure l'animation musicale avec ses frères et des amis, s'inquiète auprès de chacun de la qualité du séjour. C'est lui qui propose à tous  une visite guidée de la palmeraie.

    En fait, cette visite, de notre point de vue, est passionnante car c'est la vie du Hakkou et de la palmeraie dont il est question. Le camping Hakkou est né d'une histoire d'eau et du hasard d'une rencontre.

    L'eau d'abord : vitale. La construction du barrage en amont de Er Rachidia a changé la vie des habitants de la vallée qui ont vu l'eau se raréfier. Les paysans ont quitté la palmeraie. Le père et l'oncle de  Ahmed se sont obstinés. Ils sont restés, ont creusé un puits (qui fonctionne maintenant à l'énergie solaire), ont racheté des terres laissées à l'abandon.. 

    Une rencontre : Dans les années 2000, un ami de Ahmed invite des français à venir manger chez lui. Il parle très peu le français et invite Ahmed à servir d'interprète. Ahmed sympathise avec les français qui l'emmènent à Merzouga. Et Ahmed revient convaincu qu'il faut créer  une activité supplémentaire : l'accueil des touristes avec un camping. Son père accepte et l'encourage. Il faudra beaucoup de courage et de persévérance pour que le projet voit le jour. En 2014, le camping est enfin relié à la route. Et la réputation du camping se fait rapidement, en particulier chez les camping caristes qui plébiscitent la qualité de l'accueil, la gentillesse des 3 frères. 

    Ahmed va donc nous conduire dans la palmeraie et nous parler de la vie dans cet environnement si particulier pour nous.

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Cette rivière, à sec aujourd'hui, a débordé 2 fois cette année. Sa particularité ? Son nom : "la paix". Les guerres de l'eau étaient féroces entre tribus avant le protectorat. Et c'est là que les tribus ennemies ont fait la paix.

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    Ahmed nous explique qu'il y a plusieurs sortes de dattes. Il nous explique comment tailler un palmier. Tout est bon dans le palmier. Rien n'est perdu : nourricier, le palmier sert aussi à bâtir les maisons, les clôtures, à cuisiner sous forme de bois de chauffage

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Il nous explique aussi comment lutter contre le redoutable champignon qui ravage les palmeraies : le bayoud. Le palmier est coupé et brûlé. Les autorités font des essais de palmiers résistants dans certains espaces de la palmeraie, privilégiant la résistance à la qualité des dattes, car le bayoud s'installe de préférence sur dattiers qui produisent les meilleures dattes. Des milliers de palmiers dattiers sont distribués gratuitement chaque année pour remplacer ceux qui ont dû être détruits

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Des palmiers sains et déjà taillés. La taille se fait d'avril à juin, période de la pollinisation

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    une allée de la palmeraie

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    une femme arrache de l'herbe qui, séchée, servira aux animaux

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    un lavoir pour les femmes

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Le Ziz - actuellement, le barrage est plein. On lâche donc de l'eau dans la vallée

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Ahmed nous emmène visiter le ksar où il est né. Il reste une dizaine de familles dans ce ksar qui a été dévasté par de grosses pluies en 2006

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    une rue couverte, comme elles le sont toutes dans les ksours

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    Vitrine intérieure d'un salon : ces décors architecturaux servaient de vitrine pour poser des objets dans le salon réservé aux invités

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    Nous sommes en pays berbère. Les femmes portent pour la plupart le châle traditionnel

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    ce petit âne rapporte le linge que les femmes ont lavé dans le Ziz

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    Ce vieux monsieur adorable nous a beaucoup amusés en nous faisant chanter "ne pleure pas Jeannette" qu'il connaît par coeur. Il parle très bien français mais n'est jamais allé en France

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    une antenne TV qui permet de capter les 2 chaînes officielles gratuites

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    La vigne pousse très bien ici. Ahmed nous exhorte à revenir en octobre-novembre où abondent figues, dattes, raisins, pommes etc...

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Ahmed nous montre le pressoir collectif qui a encore fonctionné en janvier. Les olives sont écrasées, pressées, puis l'huile est mise à décanter. Nous en avons acheté 5 litres. Nous pourrons la goûter ensemble...

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi)

    Ahmed a une jolie épouse et trois enfants : 6 ans, 4 ans, 2 ans

    20 avril - la palmeraie à Aouffous (après-midi) 

    Ahmed et sa fille

    Nous terminons la balade chez Ahmed qui vit au village avec toute sa famille (parents, frères et soeurs, enfants). Le thé nous est offert avec gâteau (excellent) et cacahuètes.

    Nous rentrons à 20 h 30 un peu fourbus, mais heureux de cet après-midi riche en découvertes, en partage et en échanges. Décidément, le Hakkou mérite bien sa réputation !

    « 20 avril - la palmeraie à Aouffous (matin)21 avril - Aouffous / Camping Le Jurassique »

  • Commentaires

    1
    Rose etMichel
    Lundi 23 Avril à 08:31

    JOYEUX  ANNIVERSAIRE  ANNNIE

    Que cette journée soit agreable et pleine de  belles choses.

    Gros bisous  pour cette belle journée, ainsi qu'à Jean Paul,  une caresse à Marley;

     

     

      • Mardi 24 Avril à 18:56

        merci beaucoup à tous les deux. Si notre récit vous plaît, nous en sommes ravis. C'est notre modeste façon de partager notre plaisir de découvrir toujours et encore ce pays si intéressant.

        avec toute notre amitié,

        Annie et Jean Paul

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :